L'influence du "gaming" à la littérature

13/11/2016

The Vampire Diaries, où le vampire devient glamour

Le vampire est devenu à la mode depuis quelques décennies sur le petit écran. The Vampire Diaries en est un bel exemple à l’heure actuelle. Cette série moderne vient d’ailleurs faire le pendant de la célèbre série des années 90, Buffy the Vampire Slayer. Bien entendu progrès techniques obligent, cette nouvelle série va largement en bénéficier.

Inspiré des romans de L.J. Smith, Le Journal d’un vampire, The Vampire Diaries est créé par Julie Plec et Kevin Williamson. Elle est diffusée depuis le 10 septembre 2009 aux Etats-Unis et depuis le 29 aout 2010 sur le câble en France. 
L’intrigue de départ du scénario est la même que celle des romans puisqu’ici il est question du destin d’une adolescente, prénommée Elena Gilbert qui vit chez sa tante avec son petit frère, Jérémy depuis la disparition de leurs parents, tués dans un accident de voiture. Comme tous adolescents, Elena et Jeremy sont scolarisés dans le lycée de Mystic Falls. Là-bas, la jeune fille y côtoie ses deux meilleures amies, Caroline et Bonnie et y vit tranquillement jusqu’à cette fameuse rentrée scolaire où elle fait la rencontre d’un certain Stefan Salvatore. Sombre et solitaire, Elena est intriguée, voire troublée par le jeune homme. De fil en aiguille, elle va se lier d’amitié puis d’amour avec lui et faire la rencontre de son inquiétant frère Damon. Très vite, elle découvre qu’ils lui dissimulent un lourd secret. En effet, les frères Salvatore sont en réalité des vampires. Et si l’un des Salvatore, Stefan est un gentil vampire qui se nourrie de sang animal, l’autre, Damon, est quant à lui un vampire terriblement dangereux qui traque ses victimes pour les vider intégralement de leur sang. Tous trois vont former un triumvirat explosif car dans les univers fantasy, les gens ne sont ni noirs ni blancs. Chacun a sa part d’ombre et sa part d’innocence. Mystic Falls va devenir le terrain de jeu des forces obscures contre lesquelles les jeunes gens vont devoir lutter afin de survivre.

Même si au début de la série, on retrouve des éléments communs aux romans, la série va vite s’en affranchir en modifiant un certain nombre d’éléments comme l’ajout de héros, des modifications dans l’apparence de certains personnages ou dans leurs patronymes.

Souvent critiqué par certains téléspectateurs qui ont vu en elle, une simple copie de la saga cinématographique Twilight, The Vampire Diaries connaît malgré tout un beau succès puisque déjà sept saisons ont été produites, et que la huitième est en cours de tournage. Pourquoi une telle controverse, d’ailleurs? Tout simplement parce que l’on retrouve des détails communs. Là aussi, il est question d’adolescents tombant amoureux l’un de l’autre alors que l’un d’eux est un vampire. Et comme Twilight, l’histoire se passe dans une petite bourgade américaine où se retrouvent vampires et loups garous. Néanmoins les similitudes s’arrêtent là, ce qui a permis à la série de faire son chemin dans le cœur de ses fans.

The Vampire Diaries, c’est d’abord un joli trio qui porte la série, constitué de Paul Wesley et Ian Somerhalder qui interprètent Stefan et Damon Salvatore, ainsi que Nina Dobrev qui, on l’aura compris, joue ici Elena Gilbert. Trois acteurs à la carrière différente puisque Nina Dobrev, d’origine Bulgare était davantage une mannequin qu’une actrice avant de tourner dans la série. Paul Wesley cumule déjà quelques interprétations à son palmarès. Il fait notamment des apparitions dans Smallville, Fallen, Mes plus belles années et côté cinéma dans The Russell Girl ou Killer Movie. Quant à Ian Somerhalder, il a marqué le petit écran en jouant dans Lost : Les Disparus. Occupant les rôles principaux, faire le bon casting était nécessaire pour le succès de la série. Pari réussi car tous les trois apportent légèreté, émoi, humour et même passion. C’est une belle complicité qui s’est instaurée entre ces trois-là et cela crève l’écran. On prend plaisir à les voir se donner la réplique. Nina Dobrev réussit à faire grandir son personnage puisqu’au tout début, elle joue une jeune adolescente, naïve et un peu fleur bleue. Or, au fur et à mesure des saisons, elle va être malmenée et cela va la changer, l’endurcir et la faire murir d’une certaine manière. Nina Dobrev y est très touchante dans ce rôle avec ses forces et ses blessures intérieures. Alors qu’on la croit être une oie blanche, il n’en est rien. Elle peut faire preuve de noirceur pour atteindre son but. La particularité de son rôle est qu’elle en interprète deux puisqu’elle est tantôt Elena Gilbert, tantôt Katherine Pierce. Or ce sont deux personnalités aux antipodes, donc toute la difficulté de l’actrice était de passer dans la peau de l’une puis de l’autre avec facilité. Ce que Nina Dobrev maîtrise parfaitement, elle y est d’ailleurs assez bluffante. Paul Wesley apparaît d’abord comme l’archétype du gentil. Vampire, il l’est assurément mais il a renoncé à tuer des humains pour survivre. Il faut dire que son passé est plutôt sanglant puisqu’il était surnommé le boucher. Un  « petit nom » qui en dit long sur l’ignoble créature qu’il fut. Paul Wesley est à mon sens le rôle masculin le plus attendrissant de The Vampire Diaries. Par opposition, Ian Somerhalder qui joue son frère apparaît en premier lieu comme un vampire suffisant, froid et cruel. On a tendance à le détester dès ses premières minutes de jeu. Comme quoi, Ian Somerhalder est un acteur de talent car lui aussi fait évoluer son personnage. Plus que ça puisque c’est presque un virage à 180 degrés qu’il lui fait faire. En effet, Damon passe du méchant au gentil par amour pour Elena. Elle est quelque-part sa rédemption. Il nous ouvre peu à peu son cœur et réussit à changer le regard des téléspectateurs qu’ils ont sur lui. Le ténébreux Ian est sans doute le plus bouleversant.
D’autre part, cette série a beaucoup de seconds rôles. Alors sans les citer tous, on va parler de certains, peut-être les plus importants. Il y a déjà le petit frère Jérémy interprété par Steven R. McQueen. Lui aussi a commencé une carrière dans le mannequinat avant de se tourner vers le cinéma. Il commence à cumuler les apparitions dans un certain nombre de séries américaines à succès comme Numbers, FBI : Portés disparus, Les Experts : Miami ou encore Chicago Fire. Bien que très jeune, Steven R. McQueen arrive sans mal à captiver l’attention de son public. Il fait corps avec son personnage d’adolescent mal dans sa peau, en recherche d’affection et est donc intéressant à suivre.

Les deux meilleures amies d’Elena sont également deux piliers de The Vampire Diaries. D’abord, Katerina Graham alias Bonnie Bennett, c’est la sorcière de la série. Elle a déjà une carrière bien riche aussi bien au cinéma avec des films comme A nous quatre, Un Noel recomposé, Dance Battle : Honey 2, 17 ans encore qu’à la télévision avec Malcom, Le Monde de Joan, Newport Beach, Les Experts ou encore Hannah Montana. Une solide expérience pour cette jeune femme qui donne du poids à son jeu d’actrice. Sérieuse et appliquée, Katerina Graham y incarne une sorcière qui ne fera que monter en puissance, aussi bien du point de vue magique que de l’importance de son personnage. Caroline Forbes, la seconde meilleure amie de notre principale héroïne est interprétée ici par Candice King. Autant, elle est horripilante dans les premiers épisodes, tellement elle y est superficielle et écervelée, autant elle donne de l’épaisseur à son rôle au fur et à mesure des saisons. Candice King y joue une improbable vampire. Transformée par malveillance, elle a su changer le regard que l’on a pu porter sur elle au tout début de cette série. Pétulante et pleine de vie, c’est un vrai bulldozer de bonne humeur.

Face à cette petite bande d’amis, il y a bien évidemment le côté obscur dévolu aux personnages qui incarneront les méchants de l’histoire. Le plus important d’entre eux, celui qui fera d’ailleurs ressortir la noirceur de chaque héros de la série revient à Joseph Morgan. Déjà connu pour avoir joué dans Alexander, Master and Commander : De l’autre côté du monde ou encore Mansfield Park, Joseph Morgan laisse sa marque. Dire qu’il est bien dans son rôle est un euphémisme. Le fameux originel Klaus sème la terreur là où il passe et il n’est jamais bon de croiser son chemin. Fol allié, opportuniste, il cherche à avoir l’ascendant sur tous. Plus que l’immortalité, il veut dominer le monde, en faisant des humains ses créatures. Il est bien entendu la plus grande menace pour la communauté de héros et sera difficile à détruire. Tout l’intérêt de The Vampire Diaries sera bien entendu de multiplier les affrontements avec lui. N’oublions pas que la lutte entre le Bien et le Mal est incontournable à toute trame fantasy, or ici elle va se structurer autour de ce personnage, d’où son importance pour l’intrigue.

Bien entendu, de nombreux autres acteurs et actrices vont fréquenter les plateaux de tournage de cette série et vont même s’y illustrer tant leur prestation est excellente.  Chacun apporte sa petite touche et enrichit la saga. Seulement, l’intérêt ici n’est pas de cataloguer chacun d’entre eux, juste de vous mettre l’eau à la bouche pour découvrir The Vampire Diaries si ce n’est pas encore fait. 

The Vampire Diaries, c’est une multitude de petites histoires car chacun des protagonistes vivent des choses différentes, chacun est aux prises avec ses propres soucis. Cela donne du dynamisme à la série car il y a presque des rebondissements à chaque épisode. Chaque personnage a une personnalité complexe et facilite l’identification des spectateurs à tel ou tel protagoniste. Ainsi, le spectateur est tenu en haleine tout au long de ses huit saisons.

Pour l’anecdote, l’épisode pilote de la série est tourné à Vancouver, puis les autres sont pour l’essentiel réalisés à Covington en Géorgie.  

Une série riche qui promet du grand spectacle puisque nous sommes dans une ambiance fantasy. Ici se succèdent donc les manifestations paranormales entre les attaques de vampires qui se déplacent à une vitesse vertigineuse, les métamorphoses en loup-garou, ou encore les actes de sorcellerie. Visuellement The Vampire Diaries est très réussi, plus réaliste par rapport à ce qui se faisait avant à la télévision. Et n’oublions pas que les séries ne bénéficient pas des mêmes budgets que le cinéma. En conséquence, on peut dire que The Vampire Diaries est un beau succès télévisuel. Elle a reçu de nombreuses distinctions récompensant tantôt les acteurs, tantôt la série elle-même. Ce qui a incité la productrice Julie Plec a réalisé une série dérivée, The Originals, qui est centré sur le terrifiant Klaus, alias Joseph Morgan. Une belle consécration aussi bien pour l’acteur que pour ces deux séries. La fantasy portée à la télévision assure ainsi au genre un rayonnement exceptionnel. 


Fantasy à la carte

2 commentaires:

  1. il faut que je reprenne cette série du début pour regarder les dernières saisons, je ne sais plus où je m'en suis arrêtée lol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le soucis quand les saisons s'enchaînent. Il ne faut pas perdre le fil

      Supprimer