L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

17/12/2017

J.R.R. Tolkien, Beren et Lúthien

C'est sous la direction de Christopher Tolkien que sort le 1er juin 2017, le livre de Beren et Lúthien qu'il a reconstitué à partir des textes inachevés laissés par son père. 

Comme le titre l'indique, ce conte narre le destin de l'humain Beren, tombé amoureux de la belle princesse Elfe Lúthien que ce dernier surnomme Tinúviel. Au cours de l'une de ses pérégrinations solitaires, Beren tombe sur le spectacle de Lúthien en train de danser au son de la musique jouée par son frère Dairon. Il tombe instantanément sous son charme mais ne peut dans un premier temps l'approcher tant les Elfes demeurent méfiants vis-à-vis des hommes. Mais peu à peu, à force de patience, Lúthien finit par céder à la curiosité et se laisse charmer à son tour par cet humain qui lui voue une sacrée dévotion. Dès lors un lien indéfectible se noue entre ces deux êtres que tout oppose, au point que lorsque Beren rencontre le père de Lúthien, le roi Thingol, il fait preuve d'une grande témérité en acceptant de relever son impossible défi, celui de lui rapporter l'un des Silmarils de la couronne de Morgoth en échange de la main de sa fille. Mission ô combien suicidaire dans laquelle Beren n'hésite pas à foncer tête baissée. Finalement fait prisonnier par des Orques, le jeune homme est livré pieds et poings liés à Morgoth lui-même. Alors qu'il croit sa dernière heure arrivée, il réussit à le convaincre de l'embaucher comme serf dans les cuisines plutôt que de le tuer. C'est ainsi qu'il se retrouve au service du prince des Chats, Tevildo. C'est d'ailleurs là que le retrouve Lúthien qui a passé outre l'interdiction de son père et s'est échappé pour retrouver son amour et tenter de le sauver. En se servant de sa magie, elle réussit l'impensable en ensorcelant le maléfique Morgoth et ses sbires afin d'assurer une diversion pendant que Beren vole l'un des joyaux de la couronne. Malheureusement le charme est rompu avant qu'ils puissent disparaître et se font poursuivre par le loup Karkaras qui arrache la main de Beren qui tenait le Silmaril. Ainsi lorsqu'ils rentrent en Doriath, Beren n'a pas totalement accompli sa mission. Mais il promet au roi qu'il ne faillira pas car le joyau n'est pas loin. En effet, depuis qu'il l'a avalé Karkaras ère sans but et ravage le Beleriand. Enragé, c'est un loup aux abois que Beren va affronter. Il en sort victorieux et récupère même le joyau des entrailles de la bête. Seulement, il est également mortellement blessé et malgré la magie de Lúthien, il ne s'en remettra pas. Mais la légende raconte que Lúthien plaida sa cause auprès de Mandos lui-même qui accorda une seconde vie au jeune homme à condition que l'Elfe renonce à son immortalité. Ce qu'elle fit et lui permit de vivre son amour loin du Doriath et d'avoir même un fils avec lui prénommé Dior.  

Beren et Luthien est le vingt-cinquième ouvrage des textes de J.R.R. Tolkien que Christopher Tolkien en tant qu'exécuteur littéraire a édité. Ecrit pour la première fois en 1917 sous le titre de Conte de Tinúviel, il est ensuite publié dans Le Livre des contes perdus. La version en prose du Silmarillion est ce que l'on retrouve de plus complet de l'histoire et qui est reprise en vers dans le Lai de Leithian. Ce poème inachevé de J.R.R. Tolkien est édité à titre posthume dans Les Lais de Beleriand (1985). Au vu de la multitude des écrits sur ce thème, Christopher Tolkien a trouvé l'idée utile de les réunir en un seul livre avec les explications nécessaires pour comprendre toute la genèse de ce conte. En effet, il faut garder en mémoire le contexte dans lequel il s'inscrit. Nous sommes au Premier Âge de la Terre du Milieu. Les Noldor et les Sindar ont affronté Morgoth et ses serviteurs pendant la guerre des Joyaux qui a duré plus de 600 ans. Sans arriver à le vaincre, ils érigent et fortifient des royaumes afin de continuer la lutte. Parmi les alliés, on peut citer le père de Lúthien qui assure la défense depuis les bois ensorcelés de Doriath. C'est là que démarre l'incroyable destin de Beren qui, par fanfaronnade se retrouve à jouer un mauvais tour au maléfique Morgoth. Malgré un contexte riche, c'est un récit qui peut se lire de manière indépendante. On en comprend parfaitement le sens sans tous les détails autour. C'est avant tout une belle romance, métaphore de sa propre histoire avec son épouse. J.R.R. Tolkien a voulu démontrer ce que deux êtres sont capables de faire par amour. Abnégation de soi au profit du bien-être de l'autre. Il y aborde des notions fortes comme le sacrifice, la mort et l'amour. Des sentiments, des émotions qui nous touchent tous. D'autre part, Christopher Tolkien s'est efforcé par cette édition de montrer tout le travail réalisé par son père sur ce texte aussi bien sur le fond que sur la forme. En superposant des extraits de toutes les versions, on suit ainsi l'évolution du récit, ses modifications, son enrichissement. Il y a également un énorme travail sur la linguistique car comme chacun le sait, c'était la spécialité de J.R.R. Tolkien d'où sa volonté d'écrire la même histoire sous la forme de récit et de poème. Il joue avec les mots et travaille beaucoup avec le vieux Norrois, ce qui donne une tonalité tout à fait particulière au récit. On en relève un côté désuet qui nous transporte dans un lieu hors du temps. Cela rend ses histoires encore plus fascinantes à mon sens. C'est l'identité qu'il donne à ses textes. Cette volonté d'éditer ce conte dans un livre à part est une nouvelle manière à Christopher Tolkien de rendre hommage à son père mais aussi à sa mère. 
Comme à l'accoutumée, les éditions Christian Bourgois ont joint à ce bel ouvrage les incontournables illustrations d'Alan Lee. Majestueuses, extraordinaires, elles captent et retransmettent avec une grande précision la quintessence de l'histoire. Les temps forts y sont représentés comme la vision de Beren d'une Lúthien en train de danser dans la forêt, la rencontre de Lúthien avec Tevildo le prince des chats ou encore la fuite des amoureux d'Angband poursuivis par Karkaras. Tantôt sombres, tantôt luminescentes, ces illustrations nous subjuguent autant qu'elles nous ravissent. 

Une nouvelle édition qui nous ouvre à nouveau la porte sur le monde féerique et inimitable crée par J.R.R. Tolkien. Une manière de nous rappeler que l'on en a jamais fini avec cet univers fantasy qui semble si infini. 


Fantasy à la carte

10/12/2017

Laetitia Reynders, Michaël, La Gardienne du Miroir, tome 3

Michaël est le troisième livre qui vient conclure le cycle de La Gardienne du Miroir. Après Louise et Samaël, le moment est venu à Michaël d'occuper le devant de la scène.

Ce tome va être l'occasion pour l'archange de se détacher de l'image de l'être glacial, distant et mystérieux qu'il arbore depuis le début de cette aventure.

La fin du second volume avait laissé la jeune Louise au plus haut point désemparée et perdue. Abandonnée par Samaël qui semble lui avoir préférée le statut de roi des Stryges, à moins que ce ne soit le seul moyen que le prince des ténèbres ait trouvé pour la tenir sauve? Cela, Louise le croit plus volontiers. Car le lien qui la lie à l'ange déchu n'a jamais été aussi fort comme en témoigne l'étendue de sa marque qui s'enroule toujours un peu plus loin sur sa peau, alors que la tatouage de l'archange, lui, demeure identique. Un fait qui suggère que la préférence de Louise va pour Samaël. Les choses ne sont pourtant pas si évidentes puisque Michaël conserve tout de même sa place dans le cœur de la Belle. Justement cela va être le moment pour lui de regagner du terrain. Pris entre sa vocation d'archange et son amour incommensurable pour Louise, ce roman va être le moment de savoir vers lequel de ses devoirs, son cœur va pencher. Michaël s'y dévoile au fur et à mesure. Bien que puissant, Louise a su lui faire retrouver son humanité. Ce qui rend finalement la lecture de cet ultime roman très prenante.  

D'autant qu'une guerre se profile à l'horizon. En effet, Louise ne peut tolérer le sacrifice de Samaël. Elle est bien décidée à le délivrer mais ne peut y arriver seule. C'est pourquoi, elle enrôle dans son armée aussi bien des démons que des anges. 

Mais est-ce que cette stratégie sera suffisante? Difficile à dire surtout lorsqu'on sait qu'un traître se balade dans leurs rangs. 

Alors qui va remporter la victoire? Et y en aura-t-il seulement une? 

Avec ce dernier volet, Laetitia Reynders fait une grande place à la spiritualité. Il y a une vraie réflexion sur la différentiation de ce qui est bien et de ce qui est mal. Chaque choix a une conséquence. Elle met l'accent sur l'importance de le mesurer. A travers ses multiples références bibliques, l'auteure recentre l'intrigue au cœur de ce qui fonde un texte de fantasy, à savoir la lutte perpétuelle entre le Bien et le Mal. 

Avec une plume soignée et envoûtante, Laetitia Reynders sait nous tenir captif de son histoire jusque dans les dernières lignes. Étonnement et frustration sont les maîtres-mots de ce final explosif. 


Fantasy à la carte